LES PROBLÈMES D'AUDITION, EN FRANCE

La France compte 6 millions de malentendants, soit 10% de sa population.
Les problèmes d'audition et l'hypertension artérielle sont les 2 pathologies qui touchent le plus grand nombre de personnes.
Il est fondamental de distinguer le handicap auditif de la presbyacousie.

Le handicap auditif touche 12% de la population de malentendants, soit un peu plus de 700 000 français.
Parmi eux, on distingue :

• Les personnes atteintes de surdité sévère. La surdité sévère définit toute perte auditive comprise entre 70dB et 90dB ;
• Les personnes atteintes de surdité profonde. La surdité profonde définit toute perte auditive supérieure à 90dB.

La presbyacousie concerne 88% de la population de malentendants, soit un peu plus de 5 millions de français.

PERTE AUDITIVE ET TAUX D'APPAREILLAGE

Les pertes auditives profondes ne sont pas appareillables. Les sourds profonds sont des personnes qui pratiquent la Langue des Signes Française (LSF).

Les pertes auditives sévères sont appareillables : 90% des français concernés par un tel degré de perte auditive sont appareillés, au terme d'un parcours long et réglementé. Sans cet appareillage auditif, ils n'auraient pas été en mesure d'acquérir le langage ni de se socialiser. Ils sont nombreux à pratiquer également la Langue des Signes.
Pour ces personnes, l'appareillage auditif est indispensable.

Les pertes auditives légères à modérées, presbyacousiques, sont appareillables. Pourtant, seulement 20 à 25% des personnes concernées sont, aujourd'hui, appareillées. Les presbyacousiques sont directement concernés par les risques du non appareillage auditif, car se sont les seuls à refuser l'appareillage auditif.

L'APPAREILLAGE AUDITIF DU HANDICAP : UN PARCOURS LONG, RÉGLEMENTÉ, NÉCESSAIRE ET ACCEPTÉ

Pour les personnes en situation de handicap auditif, le parcours vers l'appareillage auditif est long et réglémenté.

La première étape est de déceler le handicap : la surdité n'est pas la raison à laquelle on pense prioritairement lorsque l'enfant est isolé, parle peu, ne comprend pas. De nombreux médecins sont consultés. L'un d'eux s'aperçoit alors que le problème est auditif et oriente les parents vers un médecin ORL, qui confirmera le handicap auditif. Si la gêne est appareillable, le patient est ensuite orienté chez un audioprothésiste.

"La surdité a dû commencer à la naissance, j'ai grandi dans un milieu entendant alors que je ne percevais pas les sons correctement. J'ai été traitée en psy alors que j'étais tout simplement malentendante. J'ai perdu l'oreille gauche à 4 ans et, avec ma mère, j'utilisais un code très personnel pour communiquer. C'est seulement à l'âge de 28 ans qu'un psychiatre a eu des doutes sur certains comportements que j'avais, comportements qui pouvaient être la conséquence d'une surdité et/ou d'une maladie neurologique. Je n'ai pu acheter mes appareils auditifs qu'à l'âge de 45 ans. C'est à cet âge que la maladie neurologique sans nom a été découverte : myopathie mitochondriale de type SKK."

La seconde étape se résume à l'appareillage auditif du malentendant (contour d'oreille obligatoire), ainsi qu'aux réglages indispensables des appareils auditifs.
Les réglages et leur suivi, dans le temps, pour ce type de surdité, sont indispensables : il s'agit d'individus qui vont apprendre à entendre ou ré-apprendre à entendre, avec des appareils auditifs. L'ensemble des sons est différent et le travail d'un audioprothésiste est de faire en sorte que ces derniers soient le plus agréables possible pour le déficient de l'ouïe appareillé. C'est un travail long et délicat, garant de la bonne qualité de vie de la personne malentendante.

"Avec mes prothèses auditives, ce que j'entends est métallique et déformé, désagréable. Sans appareil, j'entends un peu ce que j'entendais avant mes problèmes auditifs, mais il me manque les fréquences extrêmes."

" Je n'ai jamais vraiment entendu la musique sans appareils auditifs. Je sais que les sons sont différents, mais je ne peux pas établir de comparaison personnelle."

"Écouter de la musique avec mes appareils auditifs est horrible, impossible à supporter. J'aimais beaucoup la musique, je faisais partie d'une chorale. Je suis incapable de reconnaître un morceau, ou une chanson et le son musical est devenu un supplice."

"Je suis sourd profond avec acouphènes et vertiges, suite à des explosions d'obus et de grenades subies le 18 janvier 1959 et une blessure du crâne le 9 novembre 1960. Ma perception de la musique est totalement différente de ce qu'elle était avant cette date. Très pénible existence depuis ces handicapantes atteintes qui sont lourdes à supporter."

L'APPAREILLAGE AUDITIF DE LA PRESBYACOUSIE : UN PARCOURS CONSTESTÉ

Le parcours de soins et l'offre d'appareillage auditif des presbyacousiques sont, aujourd'hui, les mêmes que ceux proposés aux personnes en situation de handicap :
• Un parcours long et réglementé,
• Un appareillage auditif de type contour d'oreille, proposé dans 80% des cas,
• Un service de suivi sur 4 ans, peu voire pas utilisé par les personnes concernées.

Seule la prise en charge diffère : excellente pour les personnes en situation de handicap, elle est faible pour les français ne présentant qu'une simple gêne auditive.

En conséquence :
• Soit les personnes concernées refusent d'entrer dans ce parcours et restent avec leur gêne auditive,
• Soit elles acceptent ce parcours jusqu'à un certain point : le parcours compte de nombreux abandons à différentes étapes.

3 presbyacousiques sur 4 refusent l'appareillage auditif.

"Les français ne s'appareillent pas car l'offre faite est pensée pour des pathologies lourdes. Ils comparent alors leur gêne à un handicap et l'appareillage à une canne ou un fauteuil."

ORISON : L'AIDE AUDITIVE PENSÉE POUR LA PRESBYACOUSIE

L'aide auditive Orison a été mise au point par une équipe de médecins ORL et d"ingénieurs, dans le but :
• De simplifier le parcours de soins,
• De réduire l'abandon sur le chemin vers l'appareillage auditif,
• D'augmenter le taux d'appareillage des français presbyacousiques,
• De répondre aux exigences des personnes presbyacousiques, qui souhaitent un appareil auditif performant, discret, d'utilisation simple, au juste prix.

Chez SERINITI, nous pensons que la meilleure façon d'appareiller les gens, c'est de répondre à leurs attentes. Aujourd'hui :
• Plus du tiers de nos ventes est généré par le bouche à oreille.
• Le succès d'Orison s'exporte : Belgique, Suisse, Canada.

• En apprendre davantage sur la presbyacousie et découvrir si Orison convient à votre gêne auditive : rendez-vous sur cette page !
• Lire nos Témoignages Clients,
• Prendre connaissance de notre Foire aux Questions.


Meilleures ventes