On le sait tous, l’audition est un enjeu de santé majeur : 6 millions de français sont concernés par une gêne auditive, 1 sur 4 est appareillé. C’est avec l’ambition d’en appareiller 1 sur 2 que le Gouvernement a dévoilé, le 13 Juin 2018 à Montpellier, la réforme du « Reste À Charge 0 » en audioprothèse.

Naïvement, nous en attendions beaucoup. Décrite, ici et là, comme une « réforme historique », elle nous laisse perplexes et, lorsque nous l’analysons avec un peu de bon sens, nous ne pouvons nous empêcher de nous demander si nous nous adressons bien aux mêmes français.

Cette réforme va-t-elle vraiment changer les choses ? Il serait insensé de le croire après avoir jeté un œil dessus.

Que dit la Réforme du RAC 0 ?

Dans les faits, la réforme du RAC 0 en audioprothèse distingue 2 catégories d’appareils auditifs :
• Les appareils auditifs de CLASSE I,
• Les appareils auditifs de CLASSE II.

LES APPAREILS AUDITIFS DE CLASSE I
Les appareils auditifs de CLASSE I sont ceux qui seront pris en charge à 100% à l’horizon 2021. Leur prix de vente va être progressivement plafonné, de 1 550€ aujourd’hui à 950€ en 2021. En parallèle, les prises en charge respectives, de la sécurité sociale et des mutuelles, vont augmenter, permettant aux bénéficiaires d’une complémentaire santé d’accéder à l’appareillage auditif pour un reste à charge minime en 2021.

Ces appareils doivent répondre obligatoirement aux caractéristiques suivantes :

• TYPE D'APPAREIL : intra canal ou contour d’oreille ;
• 12 CANAUX DE FRÉQUENCES ;
• AMPLIFICATION : supérieure à 30dB minimum ;
• 3 options parmi : anti acouphènes, réducteur de bruits, synchronisation binaurale, anti réverbération, micro multidirectionnel ;
• 30 jours d’essai minimum ;
• 1 suivi annuel obligatoire, avec l'audioprothésiste, pendant 4 ans.

LES APPAREILS AUDITIFS DE CLASSE II
La prise en charge des appareils auditifs de CLASSE II sera la même que celle des appareils de CLASSE I. En revanche, le prix de vente des appareils auditifs de CLASSE II n’est soumis à aucun plafonnement et demeure libre.

À qui s'adresse la Réforme du RAC 0 ?

Le RAC 0 s'adresse à 6 millions de français qui éprouvent des gênes auditives.
88% de ces gênes sont liées au vieillissement naturel de l’oreille : la presbyacousie, qui touche tout le monde à partir de la cinquantaine. La presbyacousie représente 95% des indications d’appareillage des médecins ORL et 80% des ventes de prothèses auditives, quand elles ont lieu.
C'est le mal du siècle, car nous évoluons dans un environnement bruyant qui impacte directement notre audition. La presbyacousie touche de plus en plus de monde et se manifeste plus précocément aujourd'hui.

La majorité des personnes presbyacousiques refusent l’appareillage auditif traditionnel pour des raisons unanimes :
• De coût,
• D’esthétisme, plus précisément la peur de « faire vieux » en portant une aide auditive visible.

Malheureusement, avec le RAC 0, nous craignons une triple peine pour ces Français, qui repoussent la dépense d’appareillage à 71 ans en moyenne :

1. L’inflation du prix des prothèses auditives de CLASSE II,

2. Une orientation préférentielle des ventes sur ces dernières, avec maintien des ventes massives de contours d’oreille, visibles (80% des ventes actuelles),

3. L’augmentation des tarifs des organismes d’assurances maladies complémentaires (cerise sur le gâteau).

Avec cette mesure "historique", le Gouvernement agit au détriment d’exigences clairement exprimées par les consommateurs, depuis des années.

1. L'inflation du prix des prothèses auditives de CLASSE II

Selon Alain Bazot, Président de l’UFC – Que Choisir 1 :
« Le RAC 0 n’est-il pas le début d’une coûteuse reculade pour le consommateur ? (…) Si le panier « RAC 0 » est maintenu, on ne trouve plus de trace du plafonnement du prix des audioprothèses en dehors de ce panier. Avec un risque : la baisse de marges consentie par les audioprothésistes sur les offres sans reste à charge (CLASSE I) risque d’être répercutée violemment sur les consommateurs, en inflation sur les autres produits (CLASSE II). »

C’est, effectivement, une dérive à craindre.

En parallèle, l’unique proposition qui visait à permettre une baisse du prix à l’achat est passée à la trappe.
Cette proposition, qui dissociait prix d'achat initial et service de suivi, permettait au consommateur d'acquérir, dans un premier temps, un appareil auditif réglé immédiatement et, ultérieurement, selon ses besoins, de faire appel au professionnel de son choix pour le service de suivi. Rappellons que cette main d'oeuvre, estimée à 10 heures de travail sur 5 ans, pour un appareillage bilatéral, représente 40% du prix total d'un appareillage auditif 2.

Ainsi, la perte des marges consenties sur les produits de CLASSE I (panier RAC 0) devra être mathématiquement récupérée ailleurs : sur les produits de CLASSE II, dont les prix de vente demeurent libres et vers lesquels les ventes seront préférentiellement orientées.

2. Une orientation préférentielle des ventes sur les prothèses auditives de CLASSE II

Le marché de l'audition est un marché un peu "à part". En effet, les audioprothésistes sont en situation de monopole : ils sont les seuls à pouvoir vendre des appareils auditifs réglés sur-mesure à la courbe audiométrique du patient.
En France, plus d’un magasin de prothèses auditives sur 5 (22%) est détenu par un fabricant de prothèses auditives 2.

Selon Jens Kofoed, chez William Demant 2 :
« Dans certains cas, nous accompagnons les clients (les distributeurs de prothèses auditives) dans leur développement. C’est à dire que nous leur prêtons des fonds pour ouvrir ou racheter des centres. En contrepartie de ce financement, le client favorisera les marques du groupe William Demant. » (Oticon, Bernafon, SONIC, Phonic Ear, frontrow).

La conséquence est évidente : un manque de neutralité auprès du consommateur, qui vient pourtant rechercher un conseil éclairé. Les préférences du consommateur n’étant pas le souci du vendeur, ce dernier pourrait avoir l'idée de réorienter l’achat vers un appareil où sa marge commerciale reste conséquente.

« Les consommateurs se trouvent dans une situation où ils ne sont pas capables de démêler, dans l’argumentaire et les conseils de l’audioprothésiste, ce qui relève de leur intérêt médical et ce qui relève des consignes de l’éventuel propriétaire ou financeur de leur magasin 2. »

L’UNSAF (syndicat national des audioprothésistes indépendants) a d’ores et déjà annoncé que l'offre RAC 0 « devrait concerner 20% à 30% des ventes d’audioprothèses », ce qui semble très peu, sachant que les appareils auditifs de CLASSE I devraient satisfaire près de 90% des personnes concernées !
En d’autres termes, cela signifie que 70% à 80% des personnes presbyacousiques seront orientées sur un appareil auditif de CLASSE II, indépendamment de leur gêne et de leur besoin.

Une stratégie de vente massive de contours d'oreille poursuivie.

Nous pouvons également penser que la vente massive de contour d’oreille, grande star des ventes actuelles de prothèses auditives (80% des ventes), se poursuivra, au détriment d'une exigence de discrétion clairement exprimée et du simple bon sens.
Il est vrai que le contour d'oreille dispose de nombreux avantages pour le vendeur :

• Pas de moulage sur-mesure au conduit auditif,

• Pas de différence entre l’oreille droite et gauche, donc un coût de production affiné,

• Entraîne un décalage de sons compensé par le port d’un second appareil,

• Le positionnement du micro, derrière le pavillon, peut amener l’audioprothésiste à vanter la dernière technologie de réduction du bruit du vent (qui a un coût), non nécessaire sur un intra,

• Et, si l’on porte des lunettes, l'adaptation du contour sur la monture de lunettes peut également être un plus. Une pensée pour les simples presbytes, car les loupes pour lire deviendront une condition sine qua non pour entendre !

Pourquoi faire simple quand on peut compliquer ?

Un appareil auditif intra auriculaire utilise simplement l’oreille humaine, intégrant gratuitement un micro multidirectionnel (le pavillon) et un système de réduction du bruit du vent (le positionnement du micro dans le conduit auditif). Il répond, de plus, parfaitement aux exigences de discrétion de millions de personnes et de nombreuses études montrent que le ressenti à l'utilisation est meilleur chez les utilisateurs 3.

3. La hausse du prix des cotisations des complémentaires santé

Le meilleur pour la fin !
Cette hausse a déjà été estimée par le cabinet de conseil Mercer France :

Dans le cas des contrats collectifs, la réforme du RAC 0 aura un impact financier sur les entreprises, de l’ordre de :
• +5,5% à 8,9% des cotisations pour les contrats « entrée de gamme »,
• +1,6% pour les contrats « haut de gamme ».

Et, dans le cas des contrats individuels, majoritairement détenus par les porteurs d’audioprothèses, rarement encore en activité professionnelle et par conséquent non couverts par les contrats collectifs d’entreprise – le remboursement moyen n’est que de 331€ actuellement 2. La hausse de la prise en charge de la mutuelle pourra-t-elle réellement se faire sans hausse du prix des cotisations ? Pour Jean-François Tripodi, Directeur Général de Carte Blanche, le RAC 0 « ça ne peut pas être gratuit » : il juge inéluctable la hausse des tarifs des organismes d’assurances maladies complémentaires, notamment pour les personnes âgées, principaux utilisateurs d’aides auditives.

SOURCES :

1
Site de l'UFC - Que Choisir, "Reste à charge 0, début d'une coûteuse reculade ?" rédigé et publié le 6 Juin 2018 par Alain Bazot.

2 "Audioprothèses, un marché verrouillé au détriment des malentendants" Sept. 2015 - Consulter le dossier ici.

3 Ebinger K.A., Mueller G.H., Holland S.A. & Holland J.W. (1994)
"Assessing the speech-understanding benefit from CIC hearing aids"*
The Hearing Journal, 47(11), 35-42

Best V., Kalluri S., McLachlan S., Valentine S., Edwards B. & Carlile S. (2010)
"A comparison of CIC and BTE hearing aids for three-dimensional localization of speech"**
International Journal of Audiology, Early Online, 1-10

* "Évaluation des avantages de la compréhension de la parole grâce aux aides auditives intra conduit"
** "Une comparaison des aides auditives intra conduit et contour d'oreille pour la localisation tridimensionnelle de la parole"

Meilleures ventes