livraison offerte pour toute commande

Marché suisse de la prothèse auditive : des prix parmi les plus hauts de l’occident !

Marché suisse de la prothèse auditive : des prix parmi les plus hauts de l’occident !

Le marché mondial de l’appareillage auditif est en plein essor et cet essor devrait se poursuivre, dans les années à venir, du fait de l’évolution démographique, se traduisant par une proportion plus importante des personnes de plus de 60 ans. Sans surprise, la prévalence de la presbyacousie demeure.

En comparaison européenne, la Suisse enregistre le taux de perte auditive le plus faible (7,7% de sa population) et l’un des taux d’appareillage le plus haut (44% des personnes concernées). C’est aussi le pays dans lequel la population appareillée porte le dispositif le plus longtemps chaque jour (9,8 heures). 

En comparaison internationale, les prix des appareils auditifs en Suisse sont les plus élevés, derrière les États-Unis. 
Comment expliquer cette pratique et quelles sont les mesures officielles mises en place pour contrer cette tendance ?


Le marché suisse de la prothèse auditive

En Suisse, 5 fabricants détiennent 90% des ventes et 3 entreprises détiennent ensemble 80% des parts de marché. C’est une situation comparable à celle du marché mondial. 


En 2018, entre 80 000 et 85 000 appareils auditifs ont été vendus en Suisse, dont :
• Des prothèses auditives vendus chez des acousticiens suisses ;
• Des appareils auditifs achetés par des particuliers, à l’étranger ;
• Des importations directes, par des audioprothésistes. 

90% des ventes d’appareils auditifs sont des contours d’oreille ou des mini contours d’oreille.


Plus de 30 marques différentes et 2 700 modèles d’appareils auditifs sont approuvés sur le marché suisse. Les appareils auditifs sont vendus : chez les audioprothésistes, en pharmacie, dans les drogueries. 

 

Formation des prix des appareils auditifs

La formation du prix d’un appareil auditif s’inscrit dans une chaine de valeur qui comporte : les producteurs, parfois les structures intermédiaires (grossistes), les audioprothésistes. À chaque étape, une marge est réalisée sur le prix du produit. Ainsi, le prix payé par un utilisateur final englobe : 
• Le prix de l’appareil auditif (prix d’usine),
• La marge réalisée au cours de la distribution,
• Le prix des prestations d’un audioprothésiste. 


Coût des composants

En France, l’Autorité de la concurrence a estimé que le prix des composants des appareils auditifs, toutes gammes confondues, se situait entre 70 et 140€ en 2016 (entre 80 et 160CHF). L’enquête révèle que les principaux composants (microprocesseurs numériques, microphones, écouteurs) sont réalisés en série et qu’un grand nombre de prothèses auditives sont, par conséquent et d’un point de vue technique, quasi identiques. Leur coût de production se révèle également similaire pour toutes les gammes.
En fin de chaine de production, une différenciation des appareils auditifs en fonction des gammes de prix est réalisée grâce à un logiciel qui restreint l’accès à certaines fonctionnalités. Ainsi, malgré un cout de production similaire, le prix de vente d’un appareil auditif peut varier fortement en fonction du nombre de fonctionnalités activées. 


Prix d’usine

Les prix d’usine des appareils auditifs sont plus élevés en Suisse. 


Les appareils auditifs les plus vendus en Suisse (mini contour d’oreille, RIE et RIC), sont plus chers que les autres. Leur prix médian est de 715CHF, soit 50% plus cher qu’un appareil de type contour d’oreille standard. D’une manière générale, les appareils les plus coûteux sont presque deux fois plus chers que les appareils auditifs contours d’oreilles standards et les appareils intra auriculaires. 

 

Lors d’une comparaison internationale[1], l’étude souligne une forte variation des prix, d’un pays à l’autre, pour les mêmes appareils auditifs. Plusieurs facteurs influent sur le prix d’usine : 

La politique d’achat (importance du secteur privé et du secteur public)
La Suisse est un marché strictement privé, où il n’existe pas de centrales d’achats étatiques.
L’étude compare 30 modèles d’appareils auditifs dans différents pays et souligne que les prix d’usine sur le marché privé s’élèvent, par rapport aux prix suisses, à :
• 81% en France,
• 76% en Allemagne,
• 69% au Danemark,
• 66% au Royaume-Uni. 

Il n’y a qu’aux États-Unis que les appareils auditifs sont plus chers qu’en Suisse. 

 

Une politique d’achat public permet de réduire drastiquement les coûts des appareils auditifs : en effet, un approvisionnement centralisé (Danemark, Royaume-Uni) est moins coûteux que la vente individuelle aux commerces spécialisés, comme c’est le cas en Suisse. 

 

Les différents régimes de remboursement nationaux
Au niveau européen, on observe une tendance au rapprochement des tarifs remboursés aux utilisateurs finaux. Les tarifs de prise en charge comprennent l’appareil, les accessoires, l’examen, l’adaptation de la prothèse auditive et le suivi par un audioprothésiste sur une période de 5 à 6 ans en moyenne. 

 

Le comportement des acheteurs
Selon les fabricants, dont certains ont pris la décision de ne plus commercialiser leurs modèles entrée de gamme en Suisse, les clients suisses sont exigeants et dans l’attente d’un haut niveau de qualité. Ils semblent désireux de participer fortement au coût d’un appareil auditif et la demande en appareil haut de gamme est plus élevée que dans les autres pays. Une explication toutefois nuancée dès 2009 par l’ex-Président de la fédération faîtière des fabricants d’appareils auditifs (le HSM – Hearing Systems Manufacturers), Martin Hofer, qui précisait que « les consommateurs ne se laissent plus simplement convaincre d’acheter un produit plus cher (…) mais optent beaucoup plus facilement pour un appareil entièrement remboursé par les assurances sociales. »


> L’absence de transparence des audioprothésistes
Le prix d’usine ne représente qu’une partie du prix facturé par l’audioprothésiste à l’utilisateur final. Les audioprothésistes sont libres de fixer le prix de vente des appareils auditifs et d’y ajouter l’éventail de prestations supplémentaires (test auditif, réglage de l’appareil, remplacement des pièces, extension de garantie, réparation, etc.)

Les prix pratiqués par les audioprothésistes sont souvent peu transparents. Même si les consignes officielles et le formulaire normalisé imposent de faire figurer la part du prix relative à l’appareil et celle relative aux prestations associées, la facturation globale ne permet pas souvent d’identifier la part du prix final attribué à l’appareil. Simple confort ou tactique délibérée ? 

En Suisse, le prix de vente d’un appareil auditif varie entre 430CHF à 5100CHF. Une enquête de « Kassensturz » souligne que :
• Le prix, pour une prothèse auditive similaire, varie énormément d’un point de vente à un autre, la différence pouvant atteindre 57% ;
• Seuls les services liés à l’achat de l’appareil auditif varient de manière très importante, de 350CHF à plus de 2000CHF, selon les fournisseurs. 

Selon l’avis des spécialistes, il n’existe aucun lien établi entre la gravité de la perte auditive et l’ampleur du travail d’adaptation ainsi que le coût d’un appareil auditif. C’est la raison pour laquelle, en Suisse, l’Office Fédéral des Assurances Sociales (OFAS) a renoncé à un système de remboursement intégrant plusieurs niveaux de prise en charge, au profit d’un système de forfait unique. 

Recommandations officielles pour contrer la pratique de prix haut

Les recommandations officielles montrent une réelle ambition de lutter contre la pratique des prix hauts propre à la suisse sur le marché des appareils auditifs. 

Dès le 1er Juillet 2011, un nouveau système de remboursement, forfaitaire, a été introduit. Ce forfait vise à renforcer le pouvoir décisionnel des assurés et accroitre la concurrence entre les professionnels du secteur. Malgré une légère baisse des prix, ces derniers se sont toutefois maintenus à un niveau élevé, du fait de la structure même du marché et de la politique d’achats du pays. 

Dans la 6ème révision du premier volet de l’Assurance Invalidité, il est maintenant prévu la possibilité de lancer un appel d’offres public pour l’acquisition des moyens auxiliaires tels que les appareils auditifs. Ce nouvel instrument vise à créer une concurrence réelle entre les fournisseurs. En outre, le Surveillant des prix préconise également les mesures suivantes :

1. L’acquisition centralisée des appareils auditifs par une autorité fédérale, directement auprès des fabricants, par voie d’appel d’offres ;
2. La remise des appareils auditifs aux utilisateurs dans les grands centres régionaux pour optimiser l’efficacité de la distribution ;
3. Un contrôle plus strict de l’assurance-invalidité (AI) quant à l’application des règles concernant la facturation séparée des appareils auditifs et des prestations de services associée (pour une transparence réelle) ;
4. L’incitation des assurés à faire jouer la concurrence entre les audioprothésistes concernant les prestations de services supplémentaires. 



Sources :

[1] « Appareils auditifs, analyse du marché suisse et comparaison internationale des prix » - Surveillance des prix, Berne, Janvier 2020. Auteur : Malgorzata Wasmer. 







------



Découvrez l'aide auditive Orison
Numérique, invisible, prête à entendre, Orison apporte un confort d'écoute immédiat, dans tous les environnements sonores. 
299€ par oreille. Satisfait ou Remboursé 20 jours. Garanties légales 2 ans.

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires

Prénom :
Email : (non publié)
Commentaire :
Code de sécurité