livraison offerte pour toute commande

Police Nationale et risque professionnel de perte auditive

Police Nationale et risque professionnel de perte auditive

Bien que la perte auditive professionnelle soit un risque reconnu dans certaines industries et professions, il existe relativement peu de données sur le risque auditif dans la Police Nationale. Pourtant, de nombreux corps de métiers y cohabitent, dont une partie s’exerce sur le terrain, au contact des sirènes hurlantes, des klaxons et des bruits d’émeutiers.

Les policiers sur le terrain et les motards sont-ils plus exposés aux risques de perte auditive professionnelle que leurs collègues affectés aux tâches bureaucratiques ? L’étude comparative du Dr François-Xavier Lesage1 apporte des éléments de réponse à cette question.

1692 sujets, ayant travaillé de 1999 à 2005 à Reims, ont participé à cette étude, dont :
• 887 agents sur le terrain, incluant 33 motards,
• 805 membres du personnel administratif (universitaires, chercheurs, techniciens, concierges), sélectionnés parce qu'ils n'étaient pas exposés au bruit professionnel.

L’étude a pris en considération les sources potentielles de biais, notamment les expositions passées au bruit. Les dossiers médicaux des sujets comprenaient des informations sur leurs antécédents médicaux, notamment :
• Les problèmes d'oreille et d'audition,
• L'exposition au bruit pendant les loisirs,
• Le service militaire,
• Les antécédents professionnels y compris les professions antérieures,
• L'exposition spécifique aux risques professionnels,
• Le nombre d'années d'exercice de la profession,
• Le statut de fumeur de cigarettes au moment de l'examen médical et auditif.

Tous les sujets étaient en poste depuis un semestre minimum. Leur suivi comprenait des tests audiométriques standardisés systématiques et un entretien sur l'exposition quotidienne au bruit.

Une étude qui complète des données existantes

Des données étaient déjà disponibles concernant la déficience auditive causée par le bruit des tirs, principalement chez les soldats2,3 ; des atteintes auditives plus élevées ont été retrouvées dans certaines forces de police spécialisées, telles que les agents de la circulation dans une grande ville égyptienne4 et les maîtres-chiens5, mais les données n’étaient pas disponibles pour les agents de police d'Europe occidentale autres que les motards.

Cette étude1 apporte donc des informations complémentaires et ses résultats sont éloquents : s’il existe peu de différence entre les policiers sur le terrain et les administratifs concernant une perte auditive globale – 23% des premiers et 21,5% des seconds sont concernés – la distinction est nette lorsqu’on regarde la perte auditive sélective, liée au bruit, puisque 28% des policiers sur le terrain présentent une perte auditive sélective égale ou supérieure à 30dB sur la fréquence 4000Hz contre « seulement » 16% des policiers affectés à des tâches administratives. Ainsi, le travail sur le terrain augmenterait de 1,4 fois le risque de souffrir d’une perte auditive liée au bruit. Quant aux motards, l’utilisation de radios, les voies rapides, l’exposition au bruit du trafic routier augmenteraient jusqu’à 3 fois le risque d’une telle perte auditive.

Des expositions mal identifiées

L’identification des sources de nuisances sonores responsables d’une perte auditive chez les agents sur le terrain n’a pas pu être réalisée. En effet, les policiers sont potentiellement exposés à de multiples sources de bruit (klaxons, tirs d'armes à feu, aboiements, bruit de la circulation), il existe une variété de tâches de police et chacune est susceptible d'impliquer des expositions différentes. Il peut s'agir d'expositions au bruit impulsives ou chroniques, ces dernières étant définies comme supérieures à 85dB.

L’identification précise des sources de bruit aurait donc nécessité, d’une part, l’analyse de l’exposition continue au bruit via l’installation d’un capteur présent toute la journée à l’entrée de l’oreille et, d’autre part, le déploiement de cette étude à l’échelle nationale. Toutefois, l’étude a permis de souligner que :

• La perte auditive associée aux tirs d'armes à feu est plus susceptible de provenir d'une exposition involontaire et inattendue que d'une activité planifiée sur un stand de tir où des protections auditives sont utilisées ;

• L'exposition chronique au bruit de la circulation pourrait être une source importante de perte auditive professionnelle, en particulier chez les policiers à moto6,7. L'exposition au bruit chez les motards est connue pour être dangereuse. Selon Ross, pendant la conduite en ville, les niveaux de bruit continu équivalents se situent entre 63 et 90dB. Sur la route, les niveaux atteignaient 105dB8.

Que risquent les policiers concernés par une perte auditive liée au bruit ?

Avec l’âge, cette perte auditive professionnelle aggravera certainement la presbyacousie, qui survient, elle, naturellement vers la soixantaine. Or cette pathologie, qui concerne plus de 5 millions de français et se manifeste plus précocement – le tiers des moins de trente ans est concerné – entraine une gêne quotidienne de l’individu et ne peut être compensée qu’avec un appareillage auditif. L’information et la protection auditive des agents en activité apparaît donc nécessaire et concerne, à ce jour en France, 149 000 agents de la police nationale, 99 000 gendarmes et plus de 20 000 policiers municipaux.

Peut-on prévenir la perte de l'audition ? Oui, on fait un point dans cet article.

----


Sources et références :


1
Lesage FX, Jovenin N, Deschamps F, Vincent S.
Noise-induced hearing loss in French police officers, University Press on behalf of the Society of Occupational Medicine 
– vol. 59, issue 7, Oct. 2009, (pg. 483 – 486)

2 Kiukaanniemi H, Lopponen H, Sorri M.
Noise induced low and high-frequency hearing losses in Finnish conscripts 
– Mil Med, 1992, vol. 157 (pg. 480 - 482) 

3 Ylikoski J.
Acute acoustic trauma in Finnish conscripts. Etiological factors and characteristics of hearing impairments 
– Scand Audiol, 1989, vol. 18 (pg. 161-165)

4 Kamal AA, Eldamati SE, Faris R.
Hearing threshold of Cairo traffic policemen 
– Int Arch Occup Environ Health, 1989, vol. 61 (pg. 543 - 545) 

5 Reid A, Dick F, Semple S.
Dog noise as a risk factor for hearing loss among police dog handlers 
– Occup Med (Lond), 2004, vol. 54 (pg. 535 - 539) 

6 Mc Combe AW, Binnington J, Davis A, Spencer H.
Hearing loss and motorcyclists 
– J Laryngol Otol, 1995, vol. 109 (pg. 599 - 604) 

7 Pierson WR, Mahe JE
Noise and the highway patrolman 
– J Occup Med (Lond), 1973, vol. 15 (pg. 892 - 893) 

8 Ross BC
Noise exposure of motorcyclists 
– Ann Occup Hyg, 1989, vol. 33 (pg. 123 – 127) 

9 McBride DI, William S.
Audiometric notch as a sign of noise induced hearing loss 
– Occup Environ Med,  2001, vol. 58 (pg. 46 - 51)










Découvrez l'aide auditive Orison.
Numérique, invisible, prête à entendre, Orison apporte un confort d'écoute immédiat, dans tous les environnements sonores.
299€ par oreille. Satisfait ou Remboursé 20 jours. Garanties légales 2 ans.

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires

Prénom :
Email : (non publié)
Commentaire :
Code de sécurité

Le mot de l'ORL

Meilleures ventes