De l’intérêt des Doc’s Proplug en apnée

De l’intérêt des Doc’s Proplug en apnée
Bien connus de nombreux apnéistes, les bouchons Doc’s Proplug méritent certainement un commentaire médical, d’autant que tout a été dit sur ces obturateurs de conduits ventilés (ou non ventilés) et notamment beaucoup d’affirmations fantaisistes.
Indiscutablement, ces protections d’oreilles ont leur intérêt, c’est pourquoi nous tenions à les évoquer ici.

Ces bouchons anatomiques, de fabrication américaine (Scott, 1977), ont été initialement créés pour les besoins des plongeurs et des surfeurs. Par extension, les Doc’s Proplug fermés (ou non-ventilés) sont parfois conseillés médicalement pour les patients porteurs d’aérateurs trans-tympaniques (diabolos mettant en communication l’oreille externe et l’oreille moyenne) ou en cas de perforation tympanique. Mettons d’emblée à part ces protections fermées, dont les indications ont été citées précédemment et qui ne seront pas approfondies dans notre étude. Insistons cependant sur leur efficacité.


Les Doc’s Proplug ventilés

Cités par Umberto Pelizzari dans son ouvrage « Apnée, de l’initiation à la performance », les Doc’s Proplug ventilés présentent, à l’extrémité qui pénètre dans le conduit auditif externe, un micro orifice appelé valve de Scott, du nom de leur inventeur. 

Seuls ces Doc’s Proplug ventilés sont utilisés par les surfeurs ou les plongeurs.
En effet, les Doc’s Proplug fermés (ou non-ventilés) ne disposent pas de cette valve de Scott.
En conséquence, le contact brutal avec l’eau (surfeur) ou à fortiori l’augmentation de pression progressive au cours de la descente en plongée ou en apnée, transformerait cet obturateur en projectile, qui viendrait alors pénétrer violemment dans le conduit, pouvant réaliser des dégâts redoutables (l’occlusion du conduit donnant des différences pressionnelles de part et d’autre de l’obturateur).
Ces valves de Scott garantissent donc l’équilibre pressionnel entre la partie interne et externe du conduit auditif, de part et d’autre du Doc’s Proplug ventilé. Ainsi, à 20 mètres de profondeur, par exemple, la pression de part et d’autre du Doc’s Proplug sera de 3 bars.

Comment choisir la taille d’un Doc’s Proplug ?

Vous trouverez sur ce lien un guide pour prendre la mesure de votre conque (la conque est la partie la plus invaginée du pavillon de l’oreille, entre l’anthélix et le tragus), afin de commander un Doc’s Proplug ventilé adapté à votre taille.

 

Mettre un Doc’s Proplug dans l’oreille

> La « virgule » s’insinue en arrière de la racine de l’hélix,
> Le Doc’s Proplug doit se mouler dans la conque entière.
Une petite languette, qui permet de le retirer, crée, lors de la traction, un léger effet de succion qui témoigne d’un bon calibre.
Certains ORL fédéraux disposent de modèles de toutes les tailles au cabinet pour réaliser cette mesure.



Que peut-on attendre d’un Doc’s Proplug ?

De nombreuses explications insistent sur l’absence de pénétration d’eau dans le conduit, à l’utilisation d’un Doc’s Proplug ventilé, ce qui serait totalement incompréhensible.
Dès que le plongeur (apnéiste) descend, la pression augmente sur le bouchon qui se plaque sur le conduit.
Avec un Doc’s Proplug ventilé, fort heureusement, l’eau va pénétrer goutte à goutte puis d’autant plus vite que la pression augmente, à travers la valve de Scott. L’air, quant à lui, ne sort pas ou très peu du conduit.
On se trouve dans le cas de figure d’un verre retourné rempli d’air que l’on descend dans l’eau. On assiste alors à une montée du niveau de l’eau sans que l’air ne s’échappe du verre si on ne le retourne pas.
À 20 mètres, pour reprendre notre exemple, l’air qui se trouve dans la partie supérieure est à une pression de 3 bars, exactement comme l’eau qui repousse progressivement cette couronne d’air.
A la remontée, l’eau s’échappe progressivement, repoussée par la colonne d’air.

Autrement dit : l’air du conduit reste dans celui-ci pendant toute la descente bien que de l’eau vienne le comprimer.

L’intérêt est évident :

> Annulation de la circulation d’eau, qui ne refroidit donc pas ou peu le tympan, diminuant les risques d’otites et notamment d’otites externes grandement favorisés par les mouvements d’eau salée, irritants et créant, lors des descentes répétées, des micro excoriations du conduit, points d’appel des otites externes. Donc, ces Doc’s Proplug peuvent être conseillés lors des otites externes répétées ou même lors des irritations fréquentes de conduits, favorisées par le sel, le froid, le vent après les plongées.

> Le fait même d’éviter un mouvement incessant d’eau froide dans le conduit et le fait qu’à tout moment un manchon d’air s’interpose entre l’eau et le tympan laisse préjuger d’une bien plus grande facilité, pour les apnéistes, à compenser.

2 raisons à cela :

- Plus grande facilité à repousser une colonne d’air qu’une colonne d’eau lors de l’équilibrage,
- Maintien de la température corporelle du tympan lors de la descente, qui n’est certainement pas étranger à cette plus grande aisance.

 

Qu'en est-il pour le surfeur ?

Scott insiste sur la diminution nette des exostoses du surfeur du fait que le Doc’s Proplug supprimerait la circulation d’eau froide dans le conduit.
L’exostose de conduit est un rétrécissement, parfois très important, du conduit auditif par deux rideaux verticaux d’os qui poussent à quelques millimètres du tympan et qui, dans les cas extrêmes viennent pratiquement obturer le conduit auditif externe, source incessante de complications :
- Stagnation d’eau qui s’évacue mal favorisant les otites externes,
- Accumulation de cire dans la zone rétrécie nécessitant pour le surfeur des allers et retours chez l’ORL.

Curieusement l’exostose se voit beaucoup plus souvent chez le surfeur que chez le plongeur.
Pourtant ce dernier est soumis aux mêmes caprices de température de l’eau (bien qu’il porte souvent une cagoule qui ne diminue que relativement peu les mouvements d’eau dans le conduit). Souvent l’eau est même beaucoup plus froide pour peu que l’on descende un peu...

L’hypothèse que l’on peut évoquer est donc toute autre.
Le surfeur est soumis à des gifles d’eau froide répétées certes, mais surtout et avant tout, à des gifles tout court d’eau dans le conduit auditif à chaque contact avec l’élément liquide.
Il parait beaucoup plus probable d’incriminer un phénomène naturel de défense de l’organisme contre ces agressions pressionnelles violentes et répétées en créant, devant le tympan, une « digue osseuse » qui viendra calmer la furie des vagues et protéger le tympan d’une déchirure. Quoi qu’il en soit là encore, ces Doc’s Proplug auront une action bénéfique sur les exostoses ralentissant voire stoppant leur constitution.

 

En conclusion

Indiscutablement efficaces sur les otites externes du plongeur et sur l’exostose des surfeurs, il est vraisemblable que les Doc’s Proplug aient une action facilitatrice sur la compensation du plongeur et particulièrement de l’apnéiste, sans pour autant éliminer les nombreuses autres causes qui rendent l’équilibrage difficile (lire nos articles à ce sujet ici et ).


Crédit photo : Alex Voyer (Merci :)





______________________________________________________________________________________________________________________



À découvrir aussi : Orison, l'appareil auditif intra conduit invisible et prêt à entendre. 
Conçu avec des spécialistes de l'audition, vendu sans ordonnance. 

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires

Prénom :
Email : (non publié)
Commentaire :
Code de sécurité

Le mot de l'ORL

Meilleures ventes