Audioprothèse : intra-conduit VS contour d'oreille - que choisir ?

Audioprothèse : intra-conduit VS contour d'oreille - que choisir ?

Il existe 2 grandes familles d’aides auditives : les contours d’oreille et les intra-auriculaires.
Au vu des demandes sans cesse renouvelées des patients demandant un appareil auditif le plus discret possible, il nous semblait nécessaire d’évoquer ce qui est proposé actuellement et, surtout, ce que l’on peut en attendre le plus objectivement possible notamment sur les points suivants :

• Discrétion
• Performances
• Tolérance
• Solidité
 

Les deux grandes familles d’aides auditives

1 - L'appareil auditif intra conduit

C’est une aide auditive qui se place dans le conduit auditif. Elle a pour vocation d’être discrète, voire quasi invisible.
Il en existe différents types :

L’ITC (intra-conque) :
C’est le moins discret des appareils intra-conduit.
Plus volumineux, il déborde du conduit et épouse la conque (partie interne du pavillon de l'oreille).
Adapté aux pertes auditives légères à sévères, sa plus grande taille facilite sa manipulation.

L’intra-auriculaire CIC (Completely In the Canal) :
La plus discrète des aides auditives intra-conduit, le CIC est adapté à la plupart des pertes auditives.
Il est toutefois contre-indiqué dans le cas de conduits auditifs trop étroits. L’utilisateur peut l’enlever et le remettre à sa convenance.

Le IIC (Invisible In the Canal) :
Complètement invisible, le IIC a une durée de vie d’un trimestre.
Il est placé par un audioprothésiste et est porté 24 heures sur 24 par l’utilisateur.

 

2 - L'appareil auditif contour d’oreille

C’est un appareil auditif qui se dissimule derrière le pavillon de l’oreille.
La sortie écouteur, enfoncée dans le conduit auditif, à proximité du tympan, écoule son amplification corrigée successivement : dans un tube-écouteur, un coude, puis un tube embout avant de parvenir dans le conduit auditif.
Il en existe deux types :

Le BTE (Behind The Ear), contour « classique » :
Forme la plus connue de l’appareil auditif, c’est aussi la plus vendue (de 7 à 8 aides auditives sur 10).
Il se compose de deux parties : le contour et l'embout auriculaire.
Le contour est la partie électronique de l'appareil, il se place derrière le pavillon de l'oreille.
L'embout auriculaire est un moulage adapté à la morphologie du conduit auditif. Il permet le maintien et la transmission du son dans le conduit. Les deux parties sont reliées grâce à un tube acoustique. 

Le mini BTE, qui est un mini-contour d’oreille.
Apparu en 2004, il est plus discret que le contour d’oreille.
Cette forme convient aux surdités légères.


 



IIC - Invisible In the Canal


Nos 4 points de comparaison 

1 - Discrétion

Intra-conduit :
Presque invisible voire invisible selon le diamètre du conduit auditif, une contre-indication est posée dans les (rares) cas où, le conduit auditif étant si petit, l’appareil ne peut y être introduit.

Contour d’oreille :
La technologie de miniaturisation a permis de réaliser des mini-contours, plus discrets que les modèles précédents. 
De différentes couleurs, ils se marient avec la couleur des cheveux.
De plus, le port de cheveux assez longs peut rendre les appareils presque invisibles.
Cependant, cheveux courts, calvities, port de lunettes rendent caduques l’invisibilité ou la pose de l’appareil.


 

2 - Performances

On peut admettre que plus l’appareil auditif est miniaturisé, moins l’amplification sera grande. Cette approche n’a cependant plus de raison d’être : l’avancée des technologies est telle que le libre choix revient aujourd’hui au patient, dans la quasi-totalité des cas.
Cependant, lorsque l’audition est très sévèrement atteinte (surdité sévère et profonde), le contour reste mieux adapté.
Toutefois, ces cas restent rares : en effet, 80% des pertes auditives actuelles sont des presbyacousies, légère ou moyenne.

Intra-conduit :
Le pavillon de l’oreille joue un rôle indiscutable dans l’audition : on sait que des amputations accidentelles de pavillon occasionnent une diminution de l’acuité auditive.
Le pavillon a pour fonction de capter les sons et de les focaliser au niveau de l’entrée du conduit auditif externe.
Cette focalisation est fonction des parois du pavillon de l'oreille et de leur géométrie.
Une aide auditive intra conduit bénéficie de cette propriété naturelle : le microphone est positionné dans la partie la plus externe de l’appareil auditif et capte un son multidirectionnel grâce à une entrée bi voire tridimensionnelle. Cette entrée transmet donc un son venu de plusieurs directions et contribue à ébaucher un effet stéréophonique que seul l’appareillage binaural réalise effectivement, donnant l’orientation auditive.  
Ses performances sont donc excellentes et à amplification similaire à un contour, le résultat reste meilleur.

Contour d’oreille :
L’appareil est situé derrière le pavillon de l’oreille, ce qui en limite ses performances.
Il capte moins bien le son provenant d’une source antérieure que ne le fait l’intra conduit.
Le contour d'oreille permet des amplifications plus importantes que les intra conduits et reste destiné aux pertes auditives les plus sévères.

 

3 - Tolérance

Intra-conduit :
Très bonne avec les prêt-à-porter, car l’embout occlusif est en silicone souple, permettant un jeu non douloureux de l’articulation temporo mandibulaire. 
Dans le cas d’appareil sur-mesure (avec prise d’empreinte), on peut parfois ressentir une tension dans le conduit auditif, notamment lors de la mastication. Un meulage, qui modifie légèrement le diamètre du conduit auditif, doit alors être pratiqué pour éviter cette gêne.

Contour d’oreille :
Excellente. L’écouteur qui pénètre dans le conduit auditif, est un embout souple en silicone (embout cône ou tulipe) : il n’est donc pas gênant.
Cependant, l’embout reste fragile et peut casser au niveau de la jonction tube-embout.
Il peut également être, parfois, mal occlusif, donnant un son décalé (son numérique de l’appareil et son naturellement perçu sans amplification) : l’embout doit alors être refait.

 

4 - Solidité

Intra-conduit :
Pas de point de faiblesse particulier pour un appareil compact.
Chez les patients âgés, les réglages (quand il existe une molette dédiée), l’introduction de l’appareil dans le conduit auditif ainsi que le changement de piles peuvent s’avérer plus difficile qu’avec un contour d'oreille, en raison de la taille, plus petite, de l’intra-conduit.

Contour d’oreille :
Deux points de faiblesse identifiés :

• Perte de l’embout écouteur : il n’est pas rare, en tant qu’ORL, d’être sollicité pour enlever l’embout « oublié ».
Ce problème semble résolu, car la demande devient plus rare.

• Le fil conducteur qui court dans le tube menant au conduit : un faux contact peut nécessiter un retour chez l’audioprothésiste.


Voilà succinctement résumés les avantages et les inconvénients des deux types d’appareils auditifs les plus communément prescrits et portés.

Si la prescription d’un appareil revient à l’ORL, le choix décisionnel revient au patient.
Or il semblerait, malheureusement, que le demandeur subisse davantage qu’il ne choisisse. En effet, des sondages montrent que la majorité des utilisateurs préfèrent porter des appareils auditifs intra conduits pour les raisons suivantes :
• Meilleure restitution des sons, certainement pour partie grâce à l’amplificateur anatomique que constitue le pavillon de l'oreille,
• Plus grande discrétion,
• Meilleure qualité stéréophonique même s’il n’existe qu’un seul appareil auditif porté,
• Diminution des bruits induits (vent notamment) malgré l’adaptateur d’un coude anti vent sur la partie supérieure du contour d’oreille.

Dans mon activité, qui dure depuis trois décennies, je suis confronté au même constat : les patients souhaitent, l’essentiel du temps, porter un intra conduit et ce souhait est possible et réalisable dans une très grande majorité des cas. Pourtant, les recommandations d’appareillage des audioprothésistes sont très axées sur le contour d’oreille (70% des ventes des audioprothésistes sont des contours d’oreille).

Les réponses que me donnent mes patients quand je les revois appareillés avec un contour me laissent perplexe :

« Trop forte perte auditive incompatible avec un intra »
« L’intra favorise l’accumulation du cérumen »

« L’intra favorise les eczémas du conduit auditif »
Note : il est rare que cela arrive, mais quand ils existent, un traitement ou une coque anergisante règlent le problème.

« Un intra est impossible de ce côté ».
Note : quand l’oreille coule tout appareil doit être proscrit tant que l’oreille coule. Il faut avant tout l’assécher durablement.
L’appareillage viendra après.

La décision revient donc au patient dans tous les cas.
Bien sûr, il peut exister une réelle impossibilité à porter une aide auditive intra conduit.
Comment savoir ?
L’avis de l’ORL, prescripteur de l’audiogramme, reste essentiel et, si ce dernier n’a pas précisé qu’un intra est possible avant le passage chez l’audioprothésiste, le patient peut lui demander son avis avant toute décision définitive.

Pourquoi, alors, cette attitude chez certains audioprothésistes ?
Je mets à part la majorité d’entre eux qui, autant que faire se peut, souhaite satisfaire les patients si le choix d’un intra conduit est possible, mais qu’en est-il des autres ?
Il est regrettable de dire qu’un contour d'oreille permettra des marges plus grandes pour plusieurs raisons qu’il est bon, au consommateur éclairé, de connaître :
• L'appareil auditif contour d’oreille ne nécessite pas de moule préalable du conduit auditif ;
• Le côté (droite / gauche) est indifférent : seul l’embout diffère selon le côté et s’adapte sur tout contour ;
• L’appareillage des deux oreilles s’avère plus indispensable que pour l’intra, qui esquisse déjà une ébauche d’effet stéréophonique.

Le coût des appareils auditifs est élevé et de plus en plus de Français, notamment dans certaines banlieues défavorisées, ne peuvent se payer le luxe de s’offrir un appareil auditif remboursé 120 euros par la Sécurité Sociale et bien peu généralement par sa Mutuelle.
Alors deux !

Une attitude responsable, des prix acceptables et un désir de satisfaire le client devraient céder le pas à tout calcul mercantile, ce qui permettrait certainement de revoir, à terme, une clientèle qui hésite, attend, se méfie et repousse à plus tard (7 ans, en moyenne) un appareillage pourtant nécessaire.



_______________________________________________________________________________________________________________________




Découvrez l'aide auditive invisible et prête à l'emploi nouvelle génération Orison.
En appareillage bilatéral ou en appareillage unilatéral droite ou gauche.

1Commentaires

  • Avatar
    Jacques
    Mar 4, 2018

    Je n'ai pas trouvé le nom du fabricant ! Est-il "français" ? Merci pour votre réponse

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires

Prénom :
Email : (non publié)
Commentaire :
Code de sécurité

Le mot de l'ORL

Meilleures ventes