La prothèse auditive ... simplement

La prothèse auditive ... simplement

Qu’est-ce qu’une audioprothèse ?

A quoi sert un appareil auditif ?

Qu’est-on en droit d’attendre d'une aide auditive ?

Pourquoi de telles différences de prix entre les appareils auditifs et est-ce justifié ?

Autant de questions qu’il est utile de se poser avant l’achat de ces appareils.

Mais, si les différentes marques inondent les espaces médiatiques de leur publicité, les explications techniques et les performances objectives des uns et des autres, principal pôle d’intérêt pour tout acheteur, sont passées sous silence, comme si ce dernier était jugé incapable de comprendre et qu’il s’agissait là d’un élément totalement secondaire.

C’est pourtant bien là qu’est le coeur du problème !

Pourrait-on avancer alors, paraphrasant la grand-mère d’un certain personnage politique que « Quand c’est flou, y’a un loup » ?

 

Qu’est-ce qu’une aide auditive ?

Il s’agit, schématiquement, d’amplificateurs de sons miniaturisés, actuellement analogiques, qui appareillent les personnes malentendantes et dont la finalité est de faire vibrer les liquides de l’oreille interne afin de stimuler les cellules ciliées non détruites.

Quelle que soit la qualité de l’appareil, ce qui est détruit est détruit. L’atteinte concerne l’oreille interne c’est à dire l’organe sensoriel. On ne retrouvera donc jamais l’audition de ses vertes années.

Répétons donc la nécessité absolue de protéger ses oreilles, sa vie durant, des agressions sonores environnementales ou professionnelles.

 

A quoi sert un appareil auditif ?

Une aide auditive sert à amplifier les fréquences auditives lésées, quel que soit le prix de l’appareil acheté.

 

De quoi sont faits tous les appareils auditifs ?

D’un microphone : Sensiblement tous identiques, quelle que soit leur marque. Souvent équipés d’entrées multidirectionnelles (minimum deux), décalées dans l’espace, qui permettent de créer un effet spatial. Il capte les sons et les transforme en signaux électriques. Ces micros ont une bande passante limitée. Ils constituent donc le premier filtre dans la qualité de l’appareil.

D’un amplificateur : C’est un système d’amplification des sons et de traitement des sons. Le signal électrique recueilli par le microphone va être transformé par un convertisseur analogique digital (CAD) en une série de chiffres (appareil numérique). Ces valeurs binaires sont ensuite traitées par un algorithme mathématique et les chiffres sortant du microprocesseur sont différents de ceux présents à l’entrée. Ils sont ensuite retransformés en courant électrique grâce cette fois à un convertisseur digital analogique (CDA).

D’un écouteur : Il est très petit dans la prothèse auditive, induisant des distorsions d’autant plus importante que l’amplification sera grande. Il transforme le signal électrique modifié et amplifié en onde sonore. Il constitue le deuxième maillon faible de la prothèse du fait de sa taille. Un walkman grand public offrira de meilleures performances du fait de la taille, plus grande, de l’écouteur.

Microphone et écouteur doivent être les plus éloignés possible dans l’appareil afin d’éviter l’effet Larsen (sifflement obtenu en approchant sa bouche trop près d’un micro pour parler).

 

Qu’est-on en droit d’attendre d'un appareil auditif ?

Le meilleur ! Mais le meilleur reste imparfait, limité par deux points :

  • Le maillon faible : Si un élément est de qualité médiocre, c’est cet élément qui impose la qualité globale de l’appareil. Or la miniaturisation des appareils numériques impose des micros et des écouteurs, semblables pour tous, qui ne peuvent être comparés aux appareils de haute-fidélité et qui influent sur la restitution finale du son. Le processeur, qui est sensiblement le même quel que soit le prix, ne jouera pas ou très peu dans la qualité de l’ensemble.

  • La part de destruction des cellules ciliées qui est définitive on l’a vu et sur lesquelles on ne pourra pas agir.

 

Pourquoi de telles différences de prix entre les appareils auditifs ?

On trouve tous les prix dans les appareils auditifs et les utilisateurs s’y perdent.

On l’a dit : un appareil auditif sert à amplifier les fréquences auditives lésées. Tous sans exception, assistants d’écoute inclus, répondent à ces critères.

Alors pourquoi de telles différences de prix entre les appareils auditifs mis en place chez les audioprothésistes et les assistants d’écoute, que l’on trouve sur le marché à 300 euros ?

 

  • Les audioprothèses sont installées par des professionnels de l’audition, les audioprothésistes. Les audioprothésistes conseillent et adaptent des appareils auditifs en fonction de la courbe auditive propre du patient, courbe réalisée par l’ORL. Cela impose des réglages répétés, le suivi du patient appareillé et l’ajustement des réglages pendant la durée de vie de l’appareil. Toutes les courbes et notamment les surdités sévères sont prises en main par ces spécialistes.

Source : Autorité de la concurrence, Juillet 2016

"Quelles pistes pour améliorer la concurrence dans le secteur des audioprothèses, en France ?"  

 

Les assistants d’écoute sont des appareils auditifs préréglés et prêt-à-porter. Ils amplifient sélectivement les fréquences aigües (2 000Hz / 4 000Hz / 6 000Hz notamment) touchées dans la presbyacousie. La presbyacousie concerne tous les individus vieillissants qui tardent bien souvent à se faire appareiller au début, du fait d’un coût jusque-là prohibitif (malgré l’obole remboursée par la Sécurité Sociale de 120 euros) et aussi d’un déni du handicap (plutôt masculin) comme d’une esthétique discutable pour les contours. Ces assistants d’écoute peuvent donc appareiller tous les presbyacousiques débutants ou moyens à condition (pour les intra-conduits) que le conduit ne soit pas trop étroit. Ils peuvent, de plus, constituer un premier pas vers l’audioprothèse, préservant les capacités cognitives du patient beaucoup trop tardivement appareillé, notamment en France (5 millions de presbyacousiques et 15% d’appareillés). Leurs capacités auditives diminuant avec le temps pour certains, mais plus leurs capacités cognitives, ils pourront à tout moment choisir de poursuivre leur route avec les audioprothésistes.

 

Ressenti des patients portant un assistant d’écoute ?

Pour la quasi-totalité de ces patients, que l’on peut rencontrer en consultation et qui ont fait ce choix pour raisons pécuniaires, le ressenti est excellent. Il est confirmé par les échanges de courriels entre médecins spécialistes1.

Quelques règles toutefois à garder à l’esprit : la nécessité, pour les patients qui ont fait ce choix, d’avoir « le feu vert » d’un spécialiste ORL, afin d’éviter une mauvaise indication, comme c’est systématiquement le cas pour l’audioprothésiste, pour bénéficier du remboursement « Sécu ».

 

De quoi demain sera fait ?

Question intéressante pour tout le monde mais la seule considération qui vaille est celle des patients.

Indiscutablement un prix « acceptable » semble incontournable qui tiendra compte des éléments précédemment évoqués. Un appareillage bilatéral disposant du bluetooth pourrait permettre d’éviter les effets Larsen en adaptant un micro dans un appareil et l’écouteur dans l’appareil controlatéral et inversement. En effet, une des revendications du malentendant d’aujourd’hui, comme l’indique le Professeur VANECLOO, "n’est plus d’entendre plus mais de comprendre mieux" imposant donc le son stéréo.

A terme, que sera demain pour tous ces appareils ?

Ira-t-on vers le toujours plus petit avec le développement de la miniaturisation et d’une qualité meilleure ?

Reviendra-t-on à un système privilégiant un son Hifi avec un microphone indépendant pouvant se dissimuler où l’on veut et des écouteurs de qualité dans les oreilles, le tout relié par un système bluetooth ? 

Questions qui méritent d’être posées car nous serons tous concernés.

1 Robyn M. Cox, Jani A. Johnson, Jingjing Xu, 2015 
« Impact of Hearing Aid Technology on Outcomes in Daily Life : The Patients’ Perspective »





_______________________________________________________________________________________________________________________________________



Découvrez Orison, la prothèse auditive intra auriculaire prête à entendre,
conçue avec des spécialistes de l'audition.
Appareillage auditif invisible unilatéral droit ou gauche, appareillage bilatéral

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires

Prénom :
Email : (non publié)
Commentaire :
Code de sécurité

Le mot de l'ORL

Meilleures ventes