Le cérumen dans tous ses états !

Le cérumen dans tous ses états !

Sécrété par des glandes de la partie externe du conduit auditif, le cérumen est véhiculé par des micros cils vers l’extérieur, évacuant ainsi les saletés qui se déposent dans le conduit borgne de l’oreille.

Joliment rebaptisé cire humaine par nos Français imaginatifs et parfois encore plus poétiquement par miel, certaines oreilles fabriquant beaucoup de miel…

Tout le monde en fait, mais la nature de cette cire est variable selon les individus.

Il y en a de toutes sortes : dur, mou, de toutes couleurs et de toutes quantités.

Il peut prendre toutes sortes d’odeurs, parfois désagréables, faisant dire au détenteur que son oreille est infectée. Le Français est intarissable sur la cire !

Le dur et le sec peuvent obstruer le conduit.

Un conduit coudé dans sa partie proximale ou une pilosité excessive (hypertrichose) peuvent faire de même.

Le coton-tige reste le grand pourvoyeur des bouchons obstructifs.

Le Français, soucieux que cet orifice borgne soit toujours impeccable, y va de bon cœur pour le rendre d’une netteté irréprochable abusant des « cotons tiges » quand ce n’est pas une petite curette encore plus agressive pour son conduit et parfois son tympan.

Introduire un coton-tige revient à tasser la cire comme on le ferait de la poudre dans un fût à canon, la quantité enlevée restante infiniment moindre que celle tassée.

Et les enfants font ce qu’ils ont vu faire par leurs parents.

Combien de perforations du tympan, chez l’adulte ou l’enfant, occasionnées par ces cotons-tiges, les oto-rhinos ont-ils vues dans leur carrière !

 

Alors, comment faire pour nettoyer ces conduits ?

Surtout et avant tout, NE RIEN FAIRE !

La cire sort généralement toute seule.

Pour les maniaques du « tout propre » les commerçants ont décliné toutes sortes de produits « lysant » qui ne détruisent rien, mais à défaut ramollissent la cire ce qui permet à l’ORL de l’extraire plus facilement.

La douchette, les poires à oreilles peuvent également aider.

La cire peut être source de problèmes lorsque l’on est appareillé : un appareil qui fait mal, rentre difficilement dans le conduit ou siffle lorsqu’on l’introduit dans le conduit fait craindre la présence de cire qu’il faut faire extraire par son médecin.

 

Quelques mots sur le coton-tige…

Il apparait logique maintenant d’évoquer l’histoire du coton-tige, source d’un nombre considérable d’otites externes traitées par l’ORL ou le médecin, voire de perforations tympaniques nécessitant bien souvent un acte chirurgical.

On attribue la naissance du coton-tige à un certain Léo Gerstenzang, qui, surpris de voir son épouse nettoyer le conduit auditif de son bébé avec un cure-dent recouvert de coton hydrophile se lance dans la fabrication en série de bâtonnets ouatés à ses deux extrémités. Nous sommes dans les années 20, mais le nettoyage intempestif des conduits existe depuis la nuit des temps.

Ces bâtonnets ouatés sont en bois. Ils tassent la cire et abîment tout autant les conduits, mais ils ont l’avantage d’être biodégradables.

Les décennies passent avec leur lot de dégâts.

Nos voisins helvétiques réagissent rapidement et précisent qu’il s’agit là de cotons à démaquiller ne devant pas être introduits dans les conduits auditifs.

Peu d’États font de même. Faut-il y voir là un intérêt mercantile sachant quel usage est fait de ces bâtonnets ?

Le bois, biodégradable laisse la place au plastique quelques années plus tard, moins onéreux mais non dégradable, ce qui finira par sauver les oreilles des patients !

Le Parlement français vient d’interdire l’usage des cotons-tiges, jugé trop polluant pour la planète, à partir du premier janvier 2020.

Les ORL, certes, n’y trouveront rien à redire, mais nous assistons, hélas, à une déviance de notre système.

Peu importe si le coton-tige fait du mal aux patients si dans le même temps il rapporte de l’argent. Il aura fallu que l’on s’inquiète depuis quelques années de la pollution occasionnée par la non biodégradabilité des plastiques pour qu’un amendement soit pris pour l’interdire.

 

Citons pour conclure, les propos de Claude Allègre dans «Ma vérité sur la planète» PLON 2007 qui résume malheureusement bien les choses.

" Les études scientifiques, aussi convaincantes soient-elles, ne déclenchent pas à elles seules les actions utiles pour modifier tel ou tel comportement, telle ou telle réaction politique. Même si l’on peut le regretter, l’économie seule gouverne et si l’intérêt économique de telle ou telle action n’est pas démontré, rien ne se passe ! "





__________________________________________________________________________________________________________________________________________________



Découvrez Orison, une aide auditive invisible, conçue par un médecin ORL et vendue sans ordonnance.

1Commentaires

  • Avatar
    michel roth
    Dec 24, 2016

    Bonjour, 70 balais dans deux mois mais aussi plus de 40 d'ORL...J'ai bien aimé "le point de vue de l'ORL" : pour "nettoyer" cette "cire humaine" les ricains affirment qu'ils ne faut rien d'autre "smaller than your elbow" et que les tips sont uniquement efficaces en matière de "belly buttons" Le petit poète auriste

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires

Prénom :
Email : (non publié)
Commentaire :
Code de sécurité

Le mot de l'ORL

Meilleures ventes