Les acouphènes : qu'est-ce que c'est ?

Les acouphènes : qu'est-ce que c'est ?

Être seul, c’est entendre le silence - S. Tesson

Peut-être aussi cet infernal bruit parasite qui apparaît dans le silence et que l’on nomme acouphène.

Les acouphènes, qu’est ce que c’est ?

Des bruits. Ni ma voix, ni mon rire, mais des sons insupportables, parasites, bourdonnements, crissements, bruits de cascades, d'éboulements, de moteurs - Extrait de Acouphènes, G. Maillet

Céline, qui était aussi médecin, l’écrira autrement dans Voyage au bout de la nuit :

 
Comme des sifflets de vapeur dans chaque oreille… Il s’en occupait toute la journée et toute la nuit… Il avait tous les bruits en lui… Des sifflets, des tambours, des ronrons…

Il y a tant de manières de les décrire ! Sifflement, chuintement, locomotive, ça bat, ça sonne, ça tape, j’ai un cœur dans l’oreille…  

Encore appelés acouphènes, terme que les tous les Français connaissent tant l’affection est répandue.

Ceux-ci, déclinés dans toutes les langues du monde, connus sous le terme de tinnitus, dans 17 pays de langues différentes avec l’esperanto, montre à quel point l’acouphène, qui s’étend en tache d’huile dans le monde entier, constitue peut-être l’un des maux du siècle, pose le problème de son traitement et (corollaire) de sa cause, loin d’être évidente si l’on excepte les acouphènes consécutifs à une exposition sonore. L’environnement agressif et bruyant dans lequel nous baignons n’est certainement pas étranger à sa genèse.

Ils nous polluent la vie, peuvent nous rendre agressifs, coléreux, de méchante humeur ou même malheureux.

Parfois ce sont des phrases bien construites faisant dire à l’intéressé(e) : "J’entends des voix dans ma tête…"

Notre plus célèbre Française, notre star nationale au XVème siècle avait su en tirer parti pour la plus grande gloire de la France. Cela lui avait permis de bouter les Anglais hors de France ! Étaient-ce des voix célestes que notre pucelle entendait à Domrémy en gardant ses moutons ? Étaient-ce des acouphènes ? Qui peut le dire ? Mais s’il s’agissait d’acouphènes, quelle formidable prise en main personnelle de ce handicap qui, on le sait, existait bien en ce temps-là (Martin Luther dit-on en était affecté).

Beethoven souffrait d’une surdité évolutive qui finira pas le rendre totalement sourd, avec des acouphènes très invalidants dont les dernières hypothèses tendent à accréditer l’idée qu’il s’agissait d’une intoxication chronique au plomb, peut-être en rapport avec la consommation excessive de mauvais vins frelatés. Mais cette hypothèse pouvait-elle être compatible avec un début des symptômes vers l’âge de 24 ans ? Quoiqu’il en soit et bien qu’affublé d’une aussi injuste affection qui lui rendit une fin de vie difficile, cela ne l’empêcha pas d’écrire de magnifiques symphonies.

 

Quelles sont les causes des acouphènes ?

Elles sont nombreuses.

Là encore on mettra à part un traumatisme crânien qui peut en donner et dont la cause de survenue parait évidente ainsi que des acouphènes dits objectifs, perçus par l’entourage et parfois pulsatiles pouvant signer une anomalie vasculaire ou une sténose artérielle de voisinage.

• Les sources de bruits, qui envahissent de plus en plus notre monde en sont l’une des grandes pourvoyeuses. Agression courte et violente ou agression chronique, souvent professionnelle ;

• Certaines maladies de l’oreille comme la maladie de Menière (crises de vertiges accompagnées de perte progressive de l’audition, l’otospongiose (maladie familiale qui réalise une ankylose progressive d’un osselet et s’accompagne de surdité progressive) peuvent en donner ;

• L’hypertension artérielle qui peut réaliser des acouphènes pulsatiles aussi, mais seulement perçus par le patient ;

• De nombreux médicaments
peuvent être en cause et l’une des premières précautions avant de rajouter un médicament pour tenter de les arrêter, est de rechercher une cause iatrogène (médicamenteuse ici) pour, le cas échéant, stopper la prise déclenchante ; 

• Des tensions de voisinage et notamment des troubles de l’articulé temporo mandibulaire existent parfois. Un passage chez l’orthophoniste pouvant les faire disparaître ;

Le cérumen bien sûr peut en donner !

• Toute affection métabolique (hypercholestérolémie, diabète), prise de tabac qui constitue la première cause d’artérite (artères bouchées) peuvent les déclencher. La diminution du diamètre des artères donnant un bruit pulsé pouvant se propager à l’oreille

Mais dans de très nombreux cas, aucune cause n’est retrouvée et le traitement s’avère décevant.

 

Avant toute tentative de traitement, il faut comprendre comment ils naissent.

De nombreuses hypothèses sont évoquées.

Schématiquement :

• Libération en excès d’un neurotransmetteur au niveau des cellules ciliées auditives en cas d’agression sonore, lésant le tissu dans lequel il baigne. Cette hypothèse amène à tester de nouveaux médicaments ;

• Protection naturelle de l’oreille lors d’une agression sonore et constitution d’un « son » de même intensité que celui qui fut agressif afin de réaliser une courbe fantôme protectrice ;

• Beaucoup d’inconnues demeurent en fait dans l’explication exacte de ces bruits parfois insupportables, rendant, de ce fait, le traitement souvent décevant.

 

Citons pour le traitement : 

• Des médicaments conventionnels, notamment des corticoïdes pour essayer de redonner vie à des cellules lésées. Cela s’adresse à des acouphènes récents ;

• Sophrologie, hypnose, appareillage avec « masking » d’acouphènes
basé sur le principe de stimulation durant plusieurs semaines de l’oreille par des bruits blancs (mélange de sons continus à différentes fréquences) ;

• Des thérapeutiques nouvelles
émergent et cette liste est loin d’être exhaustive, les années amenant leur lot de nouveaux traitements laissant espérer dans un avenir plus ou moins proche des résultats probants.

 

On peut donc vivre – et même heureux - avec ses acouphènes pour peu que l’on arrive à faire abstraction de ces nuisances.

Et l’on peut réaliser de grandes tâches avec ses acouphènes  en attendant le traitement qui mettra tout le monde d’accord !





_______________________________________________________________________________________________________________________________________



Découvrez la prothèse auditive invisible sans ordonnance Orison
oreille droite, oreille gauche, appareillage bilatéral.

1Commentaires

  • Avatar
    Mickael
    Dec 14, 2016

    Merci pour cette explication,un article bien complet !

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires

Prénom :
Email : (non publié)
Commentaire :
Code de sécurité

Le mot de l'ORL

Meilleures ventes