Le cerveau auditif : étroite corrélation entre audition et cognition

La perte auditive augmente la concentration requise pour entendre, ce qui "fatigue" le cerveau et réduit attention et ressources cognitives disponibles pour les autres tâches. L'isolation sociale est peut être un autre mécanisme soulignant le lien entre perte auditive et altérations cérébrales. Les difficultés de communication entraînées par une perte auditive peuvent favoriser l'isolement, aujourd'hui considéré comme un facteur de risque pour le Lire...

Vertiges et risques de chute chez les personnes âgées

Tout au long de la vie, le système de régulation de l’équilibre évolue, permettant à l'enfant d'apprendre peu à peu à se tenir debout tout seul, marcher, courir puis d'acquérir une maitrise totale de son corps dans un espace tridimensionnel. Cette faculté décroit chez les personnes du troisième âge, avec, parfois, une perte d’équilibre associée, entrainant un risque de chutes. Quels sont les mécanismes qui gèrent l'équilibre du corps et comment Lire...

Petit vademecum des affections de l’oreille

Ce petit glossaire Oto-Rhino recense les affections de l'oreille les plus importantes ou les plus gênantes. Elles ne sont pas, forcément, les plus fréquentes. Acouphènes, cérumen, cholestéatome, cristaux, neurinome de l'acoustique, otites, otorragie ou saignement de l'oreille, otospongiose, surdité, traumatisme sonore, vertige. Ce vademecum n’a pas la prétention de résumer l’essentiel de la pathologie de l’oreille, tant s’en faut. Mais il a Lire...

L’aide auditive… une histoire ancienne !

Depuis toujours, l'homme malentendant place intuitivement sa main derrière son pavillon d'oreille pour gagner quelques décibels lorsqu'ils viennent à manquer. Ce geste spontané montre combien l'oreille, par sa forme de cornet, est un formidable amplificateur anatomique. Très vite, du geste élémentaire au coquillage, l'homme s'aperçoit qu’un appareil en forme de cône permet de mieux entendre, en l’introduisant dans le conduit auditif. Pourtant, Lire...

Maladies hypoxémiques et pratique de l’apnée

Certaines affections médicales, comme la bronchopneumopathie chronique obstructive, l’asthme, les antécédents de pneumothorax, les cardiopathies congénitales, l’insuffisance cardiaque et les troubles du rythme sévère, s'accompagnent d’une diminution spontanée de la pression partielle d'oxygène dans le sang et sont donc susceptibles d’aggraver l’hypoxie « normale » chez l'apnéiste. Lire...
Showing 1 to 5 of 31 (1 Pages)

Le mot de l'ORL

Meilleures ventes